Sous-exposer une prise de vue d'architecture à contre-jour

Gymnase Marie-Amélie Le Fur à Bry-sur-Marne

Pour réaliser des prises de vues avec un fort contre-jour, on utilise en général un trépied et la fonction de bracketing de son appareil photo, ce qui permet de prendre plusieurs photos avec des expositions différentes puis de les assembler en post-traitement.


Voyons comment, en sous-exposant une seule prise de vue, on peut arriver à corriger un contre-jour.

Un tuto retouche photo d'architecture proposé par le photographe Lyonnais T.Allard.
 

De passage à Bry-sur-Marne, à quelques encablures de Paris, j’ai découvert par hasard ce nouveau gymnase aux couleurs grises et cuivrées, dont l’architecture m’a immédiatement séduit.

Entrée du gymnase Marie-Amelie Le Fur

Conçu par le cabinet d’architectes bordelais, Atelier Ferret Architectures, le gymnase Marie-Amélie Le Fur mélange en façade le béton brut avec un revêtement constitué de feuilles de cuivre mises en forme par le groupe Balas.

Photographier à contre-jour ?

Dans un cadre professionnel, on programme les prises de vues d’architecture en fonction de l’exposition d’un bâtiment et on évite, en général, de photographier en pleine journée les façades avec des forts contre-jour...

En déplacement personnel ce jour là, je ne disposais pas de mon boitier professionnel, ni d'un trépied, et je ne pouvais pas attendre que le soleil contourne le gymnase.
Les conditions semblaient donc peu propices pour pouvoir réaliser des prises de vues d’architecture de qualité, d'autant plus que l'environnement proche était encore en chantier.

Comment dans ces conditions arriver à produire et retoucher des images qui soient « publiables » sans avoir un ciel complètement « cramé » ? 

La technique de sous-exposition

Disposant sur moi de mon petit appareil hybride Lumix GX9 à capteur 4/3, je vais le pousser dans ses retranchements en exposant ma prise de vue sur le ciel nuageux, alors que le soleil est face à moi !
Comme nous somme en pleine journée, la prise de vue à 200 ISO se fait au 1/10000, de quoi s'éviter un flou de bouger ;-)

Noir, c'est noir ?

J’obtiens une image qui ferait envie à aucun architecte : un ciel nuageux avec une tâche blanche et un bâtiment qui apparaît carbonisé !

Il va falloir compter sur le capteur de mon appareil photo en espérant qu’il soit capable d’enregistrer un maximum d’informations dans la partie sous-exposée de ma photographie…

La retouche photo du contre-jour

Après avoir appliqué quelques corrections comme une légère compensation de l’exposition, le redressement des verticales et le recadrage de mon image, j’obtiens une première version encore extrêmement sombre.

Dans un premier temps, je vais utiliser la fonction « Smart lightning » de l’application de traitement d’images DxO Photolab.

La magie opère et de la couleur réapparaît à mesure que le gymnase et la végétation s’éclaircissent. 
L’absence de contraste sur le bâtiment est due au contre-jour puisque aucune lumière directe n’éclaire les 2 façades. 

Cette correction revient à conserver le plus possible d’informations dans les hautes lumières tout en augmentant l’exposition des partie plus sombres de l’image.
Techniquement, je pourrais réaliser ce type de retouche dans une application de retouche photo comme Photoshop, mais beaucoup moins rapidement qu'avec un simple curseur comme ici.

Une vue de l’image à sa taille réelle permet « d’apprécier » le bruit présent sur tout le bâtiment éclairci, ce qui, autrefois, aurait rendu cette image inutilisable…

Mais c’est sans compter le véritable « miracle » qui va intervenir grâce à la fonction DeepPrime de DxO Photolab qui va me permettre de récupérer le motif du béton ainsi que des dégradés de couleur dans le cuivre tout en conservant une définition de l’image acceptable.

Des dernières retouches vont être réalisées sur les façades afin de remettre du micro-contraste et récupérer plus de détails dans le béton.
Je vais aussi appliquer une légère désaturation sur toutes les zones de l'image qui étaient sous-exposées et enfin corriger la zone blanche du soleil. 

Gymnase de Bry-sur-Marne près de Paris

J’aurais pu ramener un peu plus de contraste dans l’image mais je choisis de conserver son côté éthéré. 

Avec un ciel nuageux faisant office de diffuseur de la lumière, supprimant les ombres marquées, le résultat se rapproche de certaines images que l'on peut réaliser au petit matin, juste avant le lever du soleil.

Au final, à partir d’une seule image réalisée avec un petit appareil photo hybride, il a été possible de traiter un contre-jour marqué et d’obtenir un résultat tout à fait honorable grâce à de « simples » retouches photo !

 

Le Gymnase Marie-Amélie Le Fur

Construit dans l’enceinte du Parc des sports de Bry-sur-Marne entre 2019 et 2021, le gymnase qui accueille un mur d’escalade est destiné aux scolaires et aux associations. Il fait partie d’un projet d'aménagement global en lien avec la nouvelle gare de Bry-Villiers-Champigny réalisée pour le Grand Paris Express.

Marie-Amélie Le Fur est une athlète handisport française qui a obtenu neuf médailles lors de 4 jeux paralympiques successifs. Elle a été élue à la tête du comité paralympique français en 2018.

Chantier gymnase Bry-sur-Marne

Haut de page